La philosophie de l'Association repose depuis 2003 sur quelques idées fondatrices.

  • Association loi 1901, forte de 1665 adhérents (Déc 2015) Amedulo revendique une totale indépendance fonctionnelle : Les seules recettes sont le fruit de la cotisation annuelle (35 €) et ses activités de formation (ateliers XMED).
  • Rôle central des Utilisateurs : Conceptualisation des outils et gestion des évolutions.
  • Indépendance syndicale : Amedulo, comprenant sans doute des adhérents "d'obédiences" diverses, entend ne pas se positionner au nom de tous, sur des sujets pouvant impliquer un parti-pris syndical. Par exemple sur des travaux ou des questions ayant trait à l'implémentation de telle ou telle notion dans XMED, seuls nous guident les aspects réglementaires (qui s'imposent donc à tous) et l'intérêt de l'Utilisateur en terme de plue-value au profit du suivi de sa patientèle. A contrario, Amedulo n'entend pas donner son avis par exemple sur le montant éventuel alloué à la profession pour effectuer telle ou telle tâche via le logiciel, ou via le futur DMP.
  • Indépendance totale vis à vis de l'industrie pharmaceutique : Depuis 2003, aucune des quelques 150 réunions Amedulo ou Ateliers XMED n'a bénéficié du moindre subside, d'une façon directe ou indirecte, de la part des Laboratoires. A l'heure où de grand éditeurs, que nous ne citeront pas, recourent encore à ce genre de financement, Amedulo démontre que ses adhérents s'honorent de se prendre en charge et d'assurer leur indépendance. Dans le même esprit, signalons au passage qu'AMEDULO paie lui-même son stand chaque année sur les différents salons auxquel il participe.
  • Transparence financière : Les adhérents (du moins ceux disposant d'un mel, pour de simples raisons de coût), reçoivent chaque année, lors de l'appel à cotisation, un état du compte détaillé recettes-dépenses de l'Association.

Principes  et orientations générales d'Amedulo

Un métier = 1 éditeur

  • Dès le début du projet en 2003, nous étions convaincus qu'il nous fallait éviter de "ré-inventer la lune". La quasi totalité des adhérents de la première heure ont confirmé par sondage, que notre optique de limiter notre projet au seul logiciel de gestion de patientèle était raisonnable et déjà bien suffisant.
    • Beaucoup d'éditeurs ont une optique différente : fournir un pack complet [logiciel de gestion de patientèle] + [logiciel de comptabilité] + [logiciel d'agenda] : Ceci apparaît a priori très séduisant.
    • En réalité, cette solution "Pack tout-en-un" enferme l'utilisateur dans un choix contraint. En effet si le logiciel de comptabilité - ou l'agenda - fournis dans le pack  ne plaisent pas, l'utilisateur n'a que rarement la possibilité d'une part, de les dissocier, mais surtout d'en défalquer le coût dans la solution globale : C'est bien ce que cherchent ces éditeurs !
    • Ce conseil est ô combien salutaire. En effet, les considérations réglementaires, en particulier en matière de télétransmission (le cahier des charges des logiciels de télétransmission des FSE est démentiel chaque année..) font que les éditeurs consacreront toujours prioritairement leurs ressources de développements au [logiciel de FSE] pour ne surtout pas perdre leur agrément CNDA (Centre National D'Agrément) au détriment de votre logiciel de gestion de patientèle, celui qui vous intéresse en premier lieu !

                       okNotre recommandation : Choisissez UN éditeur pour votre logiciel métier ( A10 technologie - éditeur d'XMED bien sûr :-) et UN AUTRE éditeur pour vos logiciels annexes : Chaque éditeur a son domaine de compétance et assurera au mieux les évolutions souhaitées ou réglementaires sans rien délaisser. La somme des coûts de maintenance est quasi équivalent au coût du pack global, mais c'est surtout le prix de la sérennité. A titre d'information, la plupart des utilisateurs d'XMED ont suivi notre conseil de confier la partie FSE/Comptabilité à AFFID SYSTEMES (logiciels Affid Vitale et Affid Standard pour les recettes/dépenses).

Restez propriétaires de vos données : AMEDULO a bien fait bouger les choses !

  • Ceux qui ont connu les affres de l'abandon de leur logiciel vous le diront et rediront : C'est lorsqu'on souhaite récupérer ses données que l'on réalise qu'on est cadenassé par son éditeur.
  • L'exemple le plus évident est celui d'HELLODOC : Depuis que ce logiciel a été racheté par COMPUGRUP, l'export des données a été supprimé du logiciel : leurs utilisateurs sont cadenassés ! C'est tout simplement scandaleux : Aux utilisateurs de se rebiffer comme AMEDULO l'a fait en son temps vis à vis de CEGEDIM !
  • Depuis plus de 10 ans, AMEDULO milite activement pour que les utilisateurs, de quelque logiciel que ce soit, exigent de leur éditeur de leur prouver qu'ils peuvent disposer au minimum d'un export de leurs données en format standard et à quel coût. 
    • Posez la question à votre éditeur et VERIFIEZ de visu sur un exemple, ne croyez pas trop facilement ce que l'on vous dit, oralement ou par contrat écrit... qui ne prouve pas grand chose.
    • Aux dernières nouvelles, de plus  en plus d'éditeurs se sont pliés à cette exigence élémentaire... mais :
    • Ils affirment exporter les données "dans un fichier XML " : c'est totalement insuffisant ! 
    • Les documents  ne s'exportent pas dans un fichier XML ! Or, dans les contrats écrits que nous avons pu voir, il n'est jamais mentionné la façon dont les documents incorporés au fil du temps dans vos fiches patients sont exportés !


                         okNos recommandations : 

      • Exigez de voir un exemple d'export afin de voir quel est le libellé des "noeuds du fichier XML", sans quoi  un éditeur tiers aura toutes les peines du monde à reconstituer la structure de votre base de données.
      • Exiger de voir quel est le libellé des documents extraits : entre [ YR125AB08.doc ] et [ LHERMITTE_Bernard_ CR-Hospit - 2016-07-22.doc] il y a une différence n'est-ce pas !
        ( cela dépend il est vrai de la structuration de l'importation de vos documents dans votre logiciel ! A vous de choisir un logiciel AUSSI selon la qualité de structuration des données saisies...)
      • AMEDULO continue à militer pour que, tant l'ASIP que le CNOM, exigent que les éditeurs de logiciels fournissent en temps réel une possibilité d'export des données.
      • A savoir : XMED permet d'exporter une fiche patient (un clic) et ne verrouille pas l'accès aux bases de données du logiciel. Demandez les conditions d'export : délais, coûts, par médecin : sachez que par exemple, CLM (CEGEDIM) facture 500€ l'export... "de base"  sans que l'on sache précisément si c'est forfaitaire pour l'ensemble de la base ou si c'est... par médecin ! et que l'export d'HEllodoc a été bloqué depuis son rachat par Compugrup !

 Environnement informatique : soyez professionnels !

      • L'outil informatique fait à présent partie intégrante de notre métier. Cela suppose de disposer d'un environnement informatique puisssant... donc rapide ( le médecin est toujours pressé ;-) et régulièrement entretenu : maintenance, sauvegardes régulières fiables (donc vérifiées) et maitrisé !
      • Qu'il soit un passionné ou un humble utilisateur de base, chaque médecin doit maîtriser l'usage de son logiciel de gestion de patientèle. Bien sûr, nul n'est obligé d'utiliser toutes les fonctions fournies par son logiciel. Mais à ceux qui s'immaginent que cet usage doit être forcément simple et rapide, nous répondons que tout s'apprend ... pourvu qu'on s'en donne la peine. Dès l’origine du projet, @medulo avait dans ses objectifs, la volonté de mettre sur pied une vraie démarche de formation. Sujet totalement absent du cursus universitaire, la nécessité et plus encore l’envie d’apprendre à structurer ses données dans son logiciel métier ne va pas de soi pour le médecin. Et si l’informatique permet un bien meilleur suivi que le bon vieux dossier papier ce n’est qu’à la condition de bien en maîtriser l’usage. Le manque de temps, souvent mis en avant, parfois à juste raison, ne doit pas pour autant servir d’éternel alibi :  il faut se former, ici comme dans d’autres domaines

                          okNos recommandations : 

      • Assurer la formation de tous les professionnels à l'usage de base du logiciel. Comment bien structurer ses données, cela s'apprend, et AMEDULO ou la SFMG proposent régulièrement des journées de formation (Indemnisées FAF) . Apprenez à mieux structuer vos données vous permettra de gagner du temps en consultation (et non le contraire )   et d'assurer un bien meilleur suivi de vos patients.
      • Disposer d'une machine puissante : nombre de médecins ne comprennent pas que leur logiciel "plante" aussi parce qu'il n'est plus assez puissant pour traiter les données. Quand ce n'est pas l'alibi du coût ! Mais l'équipement informatique est un poste de dépense comme les autres et un outil dont on se sert au moins 8 heures par jour se doit de fournir une qualité de fonctionnement optimale.
      • Dans une MSP, un équipement réseau doit être réalisé par de bons professionnels, et disposer en particulier d'un poste SERVEUR très puissant : il en va de la sécurité des échanges comme de la fluidité du travail sur chaque poste de tous les professionnels de la MSP. (On voit malheureusement encore des cabinets de groupe ou un des postes médecin fait office de poste serveur , ce qui  évidemment ralenti tous les autres postes .